Atelier d’écriture_RACONTER LE MILIEU URBAIN

Nombre de places: 15 - Langue: Français

Objectifs

Analyser un texte, comprendre une situation, s’aider de supports visuels et surtout écrire des textes littéraires ou non en lien avec la thématique urbaine.

Evaluation

Exercices écrits, lus et évalués collectivement, reprise orale des travaux en fin de semaine

Programme

Le but de l’atelier est de former ses participants à l’écriture de fiction et de non fiction (journalisme, sociologie, philosophie) autour des villes et des espaces urbains au sens large. A savoir de mettre en œuvre des compétences de regard, d’analyse et d’écriture, liées à des situations urbaines ordinaires et extraordinaires. Pour ce faire, on s’appuiera sur l’histoire de l’écriture urbaine, fictionnelle, poétique ou théorique (Baudelaire, Apollinaire, Benjamin, Debord, Sinclair, Vasset, Rolin, etc.), et on essaiera de voir en quoi la ville peut engendrer des types de discours propres (laudatifs ou critiques, descriptifs ou normatifs), liés à ses changements, à ses qualités hétéroclites et mobiles.

Exemples d’atelier
Séance 1 « Ville du genre, genre de ville »
La ville occupe une place importante dans la littérature de genre (policier, science-fiction, conte fantastique, roman gothique), je propose donc d'écrire un texte, plutôt d'ordre fictionnel, dans le style d'un genre particulier, en adoptant, quitte à les modifier bien entendu, les codes de ce genre et en prenant bien entendu pour cadre la ville.

Séance 2 « physionomie »
Au début du XIXème un genre littéraire était très en vogue, celui des physionomies. Il s'agissait de décrire un type, un caractère, un personnage représentatif de la ville moderne. Balzac a ainsi écrit une célèbre physionomie de l'employé, d'autres écrivains ont dépeint le chiffonnier, la prostituée, le policier, etc. Inspirez-vous de ces exemples pour écrire une physionomie urbaine ou suburbaine du XXIème siècle en élisant un personnage caractéristique selon vous de nos villes contemporaines.

Séance 3 « ville imaginaire »
Je propose d'écrire un texte consacré à la description d'un lieu, d'une architecture ou d'une ville imaginaires. On peut bien évidemment s’inspirer d'éléments réels ou d'éléments tirés d'une lecture (Borgès, Calvino, Poe, Lovecraft, Bailly, etc.), mais l'idée est d'imaginer un espace imaginaire de type urbain si possible.
On a le droit bien évidemment de recourir soit à la description pure, soit à une micro-narration, un récit qui s'inscrit dans ce lieu. On peut adopter également une approche réaliste, fantastique, merveilleuse. Le principal est surtout d'inventer un espace relativement crédible, de retrouver la capacité quasi enfantine de création d'espaces imaginaires et de chercher le meilleur moyen littéraire de donner l'impression de voir ce lieu, de le découvrir, de le visiter.

Séance 4 « Pandémiopolis »
Il n'est pas besoin de souligner le caractère spectaculaire et ahurissant de la crise sanitaire que nous connaissons depuis presque dix-huit mois. Celle-ci a eu de larges implications sur le mode de vie urbaine et sur l'atmosphère des villes (couvre-feu, confinement, distanciation sociale, etc.). Je vous propose donc d'écrire un texte à partir d'un fait, d'un détail, d'une ambiance qui vous ont marqués au cours des mois écoulés en rapport avec cette pandémie.

Séance 5 « Prosopopée »
Il s’agit de choisir un élément non humain de la ville (par exemple un élément du mobilier urbain, un animal, une chose) et de le faire parler à la première personne. De voir la ville avec des yeux non humains, de s’immerger dans un mode d’existence qui n’est pas le nôtre et de regarder ce qui se passe autour à travers ce filtre.

Séance 6 « Ville d’enfance »
Exercice consacré à l’écriture d’un texte sur un lieu spécial de votre enfance, par son importance biographique, par sa résonance affective. Si vous n'avez pas grandi en ville, décrivez-racontez alors votre première expérience urbaine. Sinon, choisissez un lieu, une ville, un moment qui vous a marqué dans votre enfance. Songez à Sartre au jardin du Luxembourg, Walter Benjamin à Berlin, Umberto Saba à Trieste, etc. L'idée est surtout de voir et d'exprimer bien entendu comment cette première ville a pénétré votre esprit, votre sensibilité au point d'y laisser des marques.

Séance 7 « Errance banlieusarde »
Il s'agit ici d'écrire un texte, dans le style de votre choix, se déroulant nécessairement en banlieue, dans les espaces péri-urbains, commerciaux, pavillonnaires, autoroutiers, etc. Il faut que le ou la protagoniste soit une personne étrangère aux lieux qu'il ou elle parcourt, voire soit un étranger ou une étrangère tout simplement. Il ou elle doit emprunter les transports (trams, trains, bus, voitures, etc.) et donc ne pas se déplacer à pied. Bref, c'est à une errance/promenade dans les zones un peu indéfinies du suburbain que je vous convie.

Séance 8 « poème en prose »
Ecrire un poème en prose ayant pour thème ou pour cadre la ville contemporaine dans son extension la plus large. S’inspirer de Baudelaire, A. Bertrand, Verhaeren, Apollinaire, etc. Jouer avec les répétitions, les rythmes, la graphie.


Pré-requis

Aimer lire, écrire, observer le monde urbain et être sensible aux formes directes ou indirectes (artistiques) qu’il engendre, crée et détruit à chaque instant.

Equipe enseignante

Bruce BÉGOUT
Benjamin Delmotte (ENSAD)


 

Adresse e-mail

Mot de passe


S'inscrire - Mot de passe oublié